Messiah de Haendel : une magnifique mise en bouche

The following two tabs change content below.

Diane Beaudin

La semaine dernière, nous avons eu l’occasion d’assister, en direct de l’Oratoire St-Joseph de Montréal, à la prestation de l’Orchestre Classique de Montréal sous la direction du maestro  Maestro Boris Brott, dans leur interprétation du Messiah de Haendel qui mettait en vedette la soprano Elizabeth Polese, la mezzo-soprano Rihab Chaieb, le ténor Marcel d’Entremont et le baryton Hugo Laporte, sans oublier l‘Ensemble vocal Les Rugissants ( sous la direction du chef Xavier Brossard-Ménard).

Tout d’abord, quelques mots sur l’Orchestre Classique de Montréal (anciennement l’Orchestre de chambre McGill) qui fut fondé en 1939 par le violoniste, chef d’orchestre et compositeur Alexander Brott et son épouse Lott Brott. Grâce à ses tournées sur cinq continents et à l’enregistrement de différents albums,  l’OCS s’est bâti une réputation internationale de laquelle ressort notamment son esprit novateur.

Quant à Boris Brott, le fils des fondateurs, né le 14 mars 1944,  il est un des chefs les plus réputés au Canada. En 1968, on lui décerne le 1er prix et une médaille d’or au sixième concours international de musique de Dimitri Mitropoulos à New York où il devient le chef adjoint de Leonard Bernstein de l’Orchestre Philarmonique de New York.  Il a reçu plusieurs titres honorifiques et a dirigé plusieurs autres orchestres au Canada et aux États-Unis.

Pour ce qui est de l’œuvre elle-même, peu besoin de présentation. C’est un oratorio pour chœur, solistes et orchestre que  Georg Friedrich Haendel a composé en 1741. Bien qu’écrite pour le temps de Pâques, il est devenu traditionnel, après la mort du compositeur, de jouer cette œuvre également dans le temps de l’Avant, puisque la première partie parle de l’annonce de la Venue et de la Naissance du Christ. Cet oratorio repose sur un livret en anglais de Charles Jennens  inspiré de la Bible.

Revenons maintenant à ce magnifique concert d’une exécution parfaite de la part de l’OCM ainsi que du chœur Les Rugissants. Un plaisir toujours renouvelé de les voir et surtout de les entendre. Des voix plus qu’harmonieuses, qui ont surement été choisies pour leur esprit d’ensemble. Quant aux solos, ils étaient tout simplement époustouflants. Chacun dans son registre a performé avec chaleur et passion. Elizabeth Polese , qui a une superbe voix au registre de soprano, nous a tout simplement émerveillés avec toute l’émotion qu’elle ressentait. Pour ce qui est de la mezzo-soprano Rihab Chaieb, elle était vraiment là où elle devait être, de même que pour le ténor Marcel d’Entremont qui a été remarquable. Il ne faut pas oublier le baryton, le montréalais Hugo Laporte , qui était sublime dans son interprétation. Chacun d’entre eux a offert une prestation hors du commun.

Quant à l’OCM, il a été égal à lui-même. Fait à souligner: dans le cadre d’un projet de mentorat offert par le Maestro Brott, le chef Xavier Brossard-Ménard a dirigé la première partie du concert alors que Monsieur Brott s’est installé au pupitre pour la deuxième partie. Le moment phare de ce concert fut évidemment l’Alleluia, avec toute la joie et l’enthousiasme que la naissance de Jésus amène, un moment toujours vibrant.

Un concert inoubliable, qui nous prépare aux réjouissances de Noël , du moins ce qui en sera permis, qui approche à grands pas. Ce concert sera disponible sur le Web jusqu’au 22 décembre 2020.  Vous pouvez vous procurer votre accès à   orchestre.ca  . Nous vous souhaitons un bon concert!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *