Le monde musical d’André Sauvé

The following two tabs change content below.

Jessica Grenon

Derniers articles parJessica Grenon (voir tous)

À peine entrés dans la Maison symphonique de la Place des arts pour gagner leur siège, les spectateurs pouvaient déjà entendre les musiciens qui pratiquaient avec leurs instruments. Les lumières se sont tamisées, lançant ainsi la soirée avec un premier morceau musical entraînant interprété par l’Orchestre Symphonique de Montréal et dirigé par Adam Johnson. Ce dernier laissait place à l’imagination de tous et chacun au fur des notes.

Puis, vint sur scène André Sauvé, accueilli chaleureusement par la foule. L’humoriste nous a fait part que ce que nous venions d’entendre reflétait bien le sentiment qui l’habitait tout juste avant son entrée sur scène. Il a ajouté sa réflexion personnelle au sujet de la musique en nous faisant part qu’il y en a, selon lui, une pour chaque moment de la vie et qu’elle est empreinte d’un sentiment. Ce qui amena Sauvé à faire prendre conscience au public de la fragilité de la vie et à quel point des petites choses banales à nos yeux sont pourtant si étonnantes lorsque l’on s’y attarde. Une jolie transition musicale s’en est alors suivie.

©Vivien Gaumand/photographe

Quelques instants plus tard, l’humoriste s’est amusé à imaginer la personnalité que pourrait avoir différents instruments de musique, par exemple, une timbale tu veux pas croiser ça dans une ruelle et tu la vouvoies, une trompette toujours prête à t’aider à déménager ou la harpe végétarienne, ce qui a bien fait rire le public. Les musiciens ont entamé une magnifique pièce pour ensuite laisser Sauvé poursuivre en abordant les erreurs et les détours que l’on prend dans la vie et même le fait de ne pas savoir où l’on va.

C’est sous la métaphore d’un voyage que la musique de l’orchestre s’est alors fait entendre. Moment intéressant lors du segment qui a suivi lorsque l’humoriste avoue qu’il trouve ça long parler (!) Il image très bien les raisons de cette affirmation surprenante et cocasse, en plus de réaliser un de ses fantasmes : créer volontairement un silence sur scène pour voir ce que ça ferait, ce qui s’est valu plusieurs éclats de rire!

©Vivien Gaumand/photographe

Après avoir entendu à nouveau le talent incontestable de l’orchestre, Sauvé nous a rappelé que la musique peut exprimer un sentiment, et c’est alors que l’homme et ses mimiques burlesques se sont fait voir à leur plein potentiel! La colère, l’ennui et le fameux « Attend minute! » ont fait exploser la salle de rire, surtout lorsque l’humoriste a mimé un appel téléphonique alors qu’il était constamment dérangé. Le public a eu droit à un jeu théâtral comique à souhait.

C’est sur une note touchante faisant l’éloge de notre « projecteur intérieur » que l’histoire musicale d’André Sauvé s’est conclue, le tout accompagné d’une ovation grandement méritée!

Nous souhaitons pouvoir revoir ce spectacle en tournée à travers le Québec, car il s’agissait d’une triple représentation exclusive au Gala Juste pour Rire.

©Vivien Gaumand/photographe

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *