Péremption(s): une comédie hilarante, mais réaliste

The following two tabs change content below.

Diane Beaudin

Derniers articles parDiane Beaudin (voir tous)

Nous avons eu le plaisir, vendredi soir, le 20 août 2021, de faire deux merveilleuses découvertes. Tout d’abord, malgré qu’il en soit à sa 20ᵉ édition, nous avons fait la connaissance du Festival Jamais lu, qui comme le nom l’indique, met en lumière des nouvelles œuvres théâtrales qui n’ont jamais été lues. Fondé en 2002, le Jamais Lu est un organisme qui voit au développement de la dramaturgie. Il met en lumière et encourage la naissance d’œuvres théâtrales et en assure la promotion et la diffusion, crée une complicité presque tangible entre le public et les auteurs.

Il offre à ceux-ci, particulièrement ceux de la relève, des tribunes originales, engagées et festives. La plupart de ces œuvres ont la particularité d’avoir été écrites à 4 mains ou plus. La deuxième découverte fut celle du Théâtre Aux Écuries, situé dans un secteur pleinement résidentiel de l’Arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension sur la rue Chabot un peu au nord de la rue Jean-Talon. Un théâtre de deux salles avec une atmosphère des plus chaleureuses et juste assez grand pour assurer une certaine intimité si ce n’est pas une intimité certaine. Nous avons adoré son petit café bistro a l’entrée.

Crédit photo : Olivier Ospina

En ce qui concerne la représentation que nous avons vue vendredi soir, Péremption(s), cette pièce qui nous a été offerte, comme la plupart des autres du Festival Jamais Lu, en lecture théâtrale, a été écrite et mise en lecture par Marc- Antoine Lamarche et Caroline Somers et est interprétée par  Jade Barshee, Laurence Boileau, Camille Cloutier, Emanuel Frappier, Karelle Girard-Huneault, Marc-Antoine Lamarche, Catherine Lapalme, Vincent Pascal, Maxime-Olivier Potvin et  Caroline Somers.

Péremption(s), une comédie hilarante qui se passe dans une Boutique de jeans dont la publicité va bien au-delà de la fiction, nous parle de la rencontre de huit personnages remplis d’ambition, une blogueuse qui ne recherche que la célébrité, un entrepreneur qui veut séduire le monde, un individu à la recherche de son identité, un danseur qui ne rêve qu’au succès, une assistante-gérante qui court après les compliments de tous et chacun, une mascotte en quête de représailles, une femme enceinte qui se pose de trop nombreuses questions pour lesquelles elle ne trouve que trop peu de réponses et une vendeuse qui ne pense qu’au grand amour.

Crédit photo : Olivier Ospina

Toutes ces personnes se réfèrent à Péri leur conseillère, une intelligence artificielle à l’agenda plus que bien garni. En plus de réponse, à l’occasion ces  personnes se magasinent une paire de jeans qui devraient leur faire. Les textes qui sont, par moment, des plus drôles permettent, à plusieurs reprises, au public de rire aux éclats. Une chose est certaine, c’est que si vous vous sentiez stressés en entrant dans la salle, vous en sortiez complètement détendus, non sans y avoir perçu à l’occasion des messages évoquant les problèmes de société, évidemment avec un petit clin d’œil à la présente pandémie.

Le Festival Jamais Lu se poursuit jusqu’au 28 août 2021 où vous y trouverez à l’affiche les représentations à venir, elles sont encore nombreuses et s’annoncent toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

Auteur

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *