Tapis rouge Aline

Tapis rouge du film Aline : une distribution soudée

The following two tabs change content below.

Marie-Claude Lessard

Le sujet qui a le plus attiré l’attention dans le domaine culturel cette semaine a sans contredit été la sortie au Québec du film Aline, une œuvre librement inspirée de la vie de Céline Dion réalisée et co-écrite par l’actrice française Valérie Lemercier.

Cette dernière est d’ailleurs en tournée de promotion au Québec, tournée qui s’arrêtera le 27 novembre au Quartier Latin pour une représentation spéciale en soirée suivie d’une session de questions et réponses. Plusieurs membres de la distribution ont suivi Valérie Lemercier à travers les nombreuses premières du film, que ce soit à Ste-Adèle, à Québec, à Gatineau ou encore à Sherbrooke. Évidemment, le tapis rouge qui a été le plus couru est celui qui a eu lieu au Théâtre Maisonneuve à la Place des Arts à Montréal le mardi 23 novembre dernier.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média

À l’affiche dans plusieurs cinémas à travers la province à compter d’aujourd’hui, Aline a suscité de vives réactions. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le film polarise. La plupart des journalistes culturelles ont offert des critiques allant de 3 à 4 étoiles alors que Claudette et Michel Dion ont craché leur venin à La semaine des 4 Julie peu de temps après la première montréalaise , peinés et choqués de passer pour des Bougons. Lemercier, au fait de ces commentaires virulents avant la diffusion de l’émission et avant le tapis rouge, a pris d’assaut ce dernier avec élégance et fierté.

Les membres de la distribution semblaient enchantés et émus de se revoir sur le tapis rouge pour célébrer cette fiction audacieuse, délicieusement étrange et remplie d’amour envers la force de Céline Dion et son incroyable destin avec René Angélil (qui porte le nom fictif de Guy-Claude Kamar) incarné par Sylvain Marcel. À Valérie et Sylvain se sont joints Danielle Fichaud, la mère d’Aline, Roc Lafortune, son père, Antoine Vézina, un de ses frères,  Pascale Desrochers, une de ses sœurs et Sonia Vachon, une journaliste culturelle.

Crédit photo : Stéphanie Payez / Éklectik Média

Valérie Lemercier incarne Céline, ou plutôt Aline Dieu,  à travers toutes les tranches d’âge, de l’enfance à l’âge adulte, une décision qui fait d’ailleurs beaucoup jaser. Les événements menant à la gloire de la petite fille de Charlemagne à la voix d’or ne sont pas présentés dans l’ordre chronologique et sont pimentés de scènes purement inventées ayant pour but d’offrir une cohérence narrative comme la robe de mariée de Céline tellement énorme qu’elle ne passe que par la fenêtre ou encore une bague de fiançailles cachée dans une glace au chocolat. Ces libertés artistiques permettent de montrer la poignante romance entre Céline et son René dans un fascinant mélange de comédie et de drame.

Plusieurs personnalités connues au Québec étaient curieuses de voir le résultat de ce film événement et ont accepté de faire quelques clichés pour les photographes. Parmi celles-ci, notons Mariloup Wolfe, Maripier Morin, Louise Portal, Denise Bombardier et Robert Charlebois dont l’extraordinaire chanson Ordinaire est jouée au début et à la fin du film pour un résultat saisissant.

Crédits Photos : Stéphanie Payez, Éklectik Média

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.