Chick Fight : la comédie grinçante idéale pour se défouler

The following two tabs change content below.

Marie-Claude Lessard

Depuis le 13 novembre dernier, vous pouvez visionner sur demande la comédie américaine Chick Fight, qu’on pourrait traduire littéralement par bataille de filles. Malgré ses coins ronds et une réalisation un peu brouillonne, le film réussit pleinement sa mission de nous divertir en cette période où n’importe quelle source de défoulement est la bienvenue!

Après avoir perdu son café, sa mère et sa voiture, Anna (Malin Akerman) suit à contrecœur sa meilleure amie policière (Dulcé Sloan) dans un club clandestin axée sur la bataille au féminin. Apprenant que cet endroit est plus lié à sa vie de famille qu’elle ne le croit, Anna décide de tenter l’expérience sur le ring. L’activité prend une importance plus forte que le simple fait de lâcher son fou lorsqu’Anna met au défi une jeune ”lutteuse” performante (Bella Thorne)et ses deux acolytes. C’est alors qu’elle recrute les services d’un coach (Alec Baldwin) pour devenir redoutable.

L’œuvre a la volonté de mettre à l’avant un message de pouvoir au féminin. Chick Fight tente de démonter que les femmes aussi peuvent jouir d’une forme modérée de violence pour se défouler, libérer les tensions du quotidien, que c’est tout aussi légitime. Les dialogues surlignent cette intention un peu trop fortement parfois, mais certaines scènes font sourire. Les batailles manquent d’éclat, de mordant, de vulgarité. Les moments les plus drôles et marquants sont les entrainements avec un Alec Baldwin sur le pilote automatique mais qui semble s’amuser dans son rôle de prédilection : un ancien champion alcoolique.

Même si certains cadrages donnent le tournis, il est aisé de s’attacher à Anna car Malin Akerman est volontaire à souhait. Elle est investi dans les scènes de combat. Ses mouvements sont aussi crédibles que les interrogations existentielles de son personnage, bien que ces dernières soient écrites de manière bâclée. Elle a une merveilleuse chimie avec Kevin Connolly. Dulcé Soan, de son côté, cabotine un peu trop alors que Bella Thorne, bien que méconnaissable, joue la rebelle opportuniste sans nuance. Ceci dit, quelques blagues franchement savoureuses et le fait de voir des filles se donner des coups d’épaules et de pieds, des morsures et des ecchymoses pissant le sang sans aucune pudeur est tout simplement jubilatoire en ce temps où on a tous besoin d’un bon punchin bag.

3

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *