Hommage à Charles Aznavour de Mario Pelchat : des secrets bien gardés

The following two tabs change content below.

Diane Beaudin

Pouvait-on avoir une meilleure idée, en cette soirée de clôture des Francos de Montréal, que de rendre hommage à une icône de la francophonie telle que Charles Aznavour, et ce avec la participation d’une des plus belles voix du Québec, nulle autre que celle de Mario Pelchat?! Et bien, c’est ce que nous avons vécu, hier soir le 22 juin, à la Maison Symphonique de la Place des Arts.

Une salle comble et impatiente attendait Mario qui fut chaleureusement applaudi dès son apparition sur scène. Il était en train de finir de s’habiller, c’est-à-dire finir d’attacher sa chemise et mettre son veston. Il nous présentait son dernier album, Pelchat-Aznavour Désormais. L’artiste a donc entammé son concert avec Je m’voyais déjà suivie de Désormais durant laquelle nous pouvions admirer un bel effet vidéographique multicolore. Disons que ça égayait la chanson! Avec le sens de l’humour qu’on lui conaît, il s’est comparé à Charles, nommant les points en commun qu’ils avaient et ceux qu’il n’avaient pas. Ce n’était pas la peine de se rendre malheureux avec ça, on n’oublie ça!

Pour illustrer La Bohème, il y avait une belle photo du Café de Flore. En fait, chaque chanson qu’il nous donnait était accompagnée soit d’une vidéo ou d’une ou des photos illustrant bien le sujet. Sa version magistrale de La Mamma lui a valu une première ovation debout. Il nous a fait pleurer avec Que c’est triste Venise. La gestuelle était là, mais pas exagérément, juste ce qu’il fallait pour faire un petit clin d’oeil. Puis, est arrivé un volet de chansons qui ont été de gros succès mais chantées par des tiers, certaines même qu’on ne savait pas avoir été écrites par le grand Charles. Par exemple, Un mexicain dans laquelle il a maintenu une note assez longtemps pour nous en faire frissonner. Il y eut aussi Un monde avec toi popularisée dans le temps par le regretté Raymond Berthiaume.

Pour Plus bleu que tes yeux, qu’Édith Piaf nous a fait connaître, il y avait un enregistrement de quelques mesures de la version de la Môme, mais, soudain, ce fut une voix réelle que nous entendions ; celle qui chantait, Claudette Dion,nous est apparue. Une belle surprise à laquelle personne ne s’attendait! Saviez-vous que c’est Charles Aznavour qui a écrit la chanson La plus belle pour aller danser que Sylvie Vartan avait enregistrée en France, mais que Michèle Richard a reprise ici  et qui fit un tabac? Qui est venue la chanter pour nous, et bien oui, Michèle Richard en personne! Avec la belle toilette qu’elle portait, très classe  et très élégante, il est certain qu’elle aurait été la plus belle pour aller danser! Elle a même fait quelques pas de danse avec notre hôte de la soirée. Puis, ce fut au tour de son troisième invité et non le moindre puisqu’il s’agissait de notre bellâtre qui nous fredonne  cette chanson-là depuis  maintenant soixante ans. Si je dis Aïe mourir pour toi, vous devinez sans doute de qui je veux parler. Vous avez raison, c’était bel et bien Michel Louvain, qui a eu une ovation debout en entrant et à la fin de sa performance. J’y pense et j’en ai encore des frissons.

Tous ces beaux momments de surprises passés, Mario a repris le cours de son concert en nous offrant l’incontournable For me formidable, mettant la table pour sa préférée,  Non je n’ai rien oublié, lui valant encore une ovation debout. Pour illustrer la chanson suivante, Emmenez-moi, comme elle est sortie en 1967 et  qu’elle nous emmène au bout de la terre, ce sont des photos de Terre des Hommes qui l’ont illustrée, nous ramenant à cette période que personne n’a oubliée. Et c’est sur cela qu’il nous a fait ses salutations.

Il n’en fallait pas plus pour soulever la foule qui en demandait encore et encore alors qu’il nous est revenu avec Il faut savoir, de mise pour la fin d’un spectacle. Comme deuxième rappel, à l’occasion de son 25ième anniversaire de mariage qui aura lieu le 7 août prochain, ce fut avec Les plaisirs démodés qu’il a définitivement clos ses performances, mais dans les bras de sa douce qui est venue le rejoindre sur scène pour une danse.

Des moments attendrissants, des cadeaux démontrant sa générosité envers ses fans, des surprises non moins saisissantes, un cocktail parfait pour clore la série Les Grands spectacles Bell des Francos de Montréal, édition 2019. À l’année prochaine!

Mario Pelchat se promènera à travers le Québec avec son spectacle, à compter de février 2020. Ne le manquez surtout pas! Tous les détails ici!

Crédits Photos : Benoit Rousseau

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *