Les mauvaises langues selon Alicia Deschênes

The following two tabs change content below.

L’autrice-compositrice et interprète Alicia Deschênes dévoile aujourd’hui un tout nouvel album intitulé Les mauvaises langues. Ce titre accrocheur est aussi le nom de cette chanson qui traite du regard des autres et du jugement qu’ont les autres sur nous, mais aussi du jugement que l’on a sur nous-mêmes par rapport aux autres, comme nous l’a expliqué l’artiste lors d’un échange téléphonique. Les mauvaises langues, Alicia s’en protège en écrivant des chansons et elle le fait extrêmement bien dans cet album qui vire encore plus fort vers l’électro, mais qui garde toujours cet aspect folk et acoustique qui fait la signature de la jeune femme.

Pour cet album qui englobe 11 chansons, le processus créatif d’Alicia a commencé à la guitare-voix pour ensuite prendre son envol vers son acolyte et complice Daran qui a apporté son expérience, son regard extérieur et sa musicalité aux chansons sans pour autant effacer complètement leur nature première. Ces arrangements sont une manière pour les deux artistes d’offrir quelque chose de moderne et d’actuel.

Quand on demande à Alicia ce que Daran apporte à sa créativité, elle nous répond généreusement : C’est un très bon miroir. Quand je lui envoie mes chansons, il est toujours très ouvert. Il m’aide vraiment à donner le meilleur de moi-même. Il n’écrit pas, mais il me met des commentaires du genre :  » cette phrase-là, je la remplacerai par d’autres choses  » ou des trucs comme ça. C’est l’fun aussi d’avoir un avis extérieur à ma petite bulle aussi et qui est honnête. Ses commentaires sont toujours pour m’amener plus loin et au niveau de la musicalité, tous les arrangements sont de lui, tout part de sa tête. Je lui dis souvent qu’il arrive à très bien capter l’essence de mes chansons, l’essence de ce que je fais pour en sortir le meilleur. J’écris beaucoup avec mon cœur, avec mes émotions, et je pense que mes textes reflètent beaucoup ça et lui j’trouve qu’avec ses arrangements, avec sa couleur qu’il apporte à mon univers, ça met vraiment ça en valeur et je l’apprécie beaucoup. Notre force en tant que collaborateurs, c’est vraiment ça. C’est à quel point ses arrangements peuvent beaucoup apporter à mes chansons.

Alicia Deschênes utilise beaucoup son instinct pour créer des chansons. notamment dans la manière qu’elle choisit de poser sa voix sur ses textes. Ayant déjà une idée de la musicalité que prendra son texte lorsqu’elle écrit, cela permet de découvrir un univers à son image qui laisse de la liberté autant dans son écriture que dans les sons. Les textes se chevauchent entre des phrases plus courtes et plus longues laissant un chemin fait de plusieurs issues plutôt que d’une ligne droite bien rangée. L’album enveloppe plusieurs thèmes dont celui de l’amour, de la santé mentale et même de l’affirmation, comme le décèle d’ailleurs la magnifique chanson Si tu savais qui est d’ailleurs notre coup de cœur de l’opus, tout comme celui de la chanteuse.

Pour Alicia, ce ne sont pas les thèmes qu’on aborde qui font une bonne chanson nécessairement, mais le fait qu’elle soit en mesure de toucher les gens. Je pense qu’une bonne chanson, peu importe le thème qui est abordé, peut être une bonne chanson en autant que ça touche le cœur et que tu vives quelque chose en écoutant la chanson, je pense que ça, ça fait une bonne chanson.

L’album Les mauvaises langues est un album qui s’écoute sans demi-mesure et qui, dans la profondeur des mots,  apporte autant d’espoir que l’artiste Brian Fallon et son album Local Honey lui en a donné pendant le confinement. Le nouvel opus d’Alicia Deschênes est maintenant disponible sur toutes les plateformes numériques ainsi qu’en magasin.

Nos coups de cœur de l’album sont : Si tu savais, La distance est trop longue, Château fort, Te retrouver et Réveille-moi.

One comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *