Marie-moi Peter Pan

Marie-moi Peter Pan : choisir sa fin avec imagination

The following two tabs change content below.

Stéphanie Payez

L’autrice Laviolette a dévoilé l’été dernier un tout premier roman intitulé Marie-moi Peter Pan. Dans celui-ci, nous faisons la connaissance d’Élizabeth, un personnage à la fois drôle, touchant et un peu farfelue. Élisabeth est mère de deux enfants. Elle a un mari sur lequel elle peut se reposer et une meilleure amie avec qui elle peut faire les 400 coups, Doriane Doré.

Élizabeth est aussi une femme qui veut garder la jeunesse éternelle et qui a besoin de se rassurer en cherchant à plaire à nouveau, et c’est ce qu’elle va faire en se liant d’amitié avec un homme plus jeune qu’elle. Âgée de seulement 33 ans, la vie d’Élizabeth prend un autre tournant lorsqu’elle apprend qu’elle a une maladie neurodégénérative.

Bien qu’elle joue la carte du je m’en foutisme qui n’enlève rien à son charme et notre intérêt pour elle, Élizabeth va devoir faire face à la perte de ses capacités, aux mots qui se mélangent et aux actions qui deviennent parfois difficiles à suivre. Cependant, bien que le sujet de fond puisse paraître lourd, le tempérament d’Élizabeth va transformer l’ensemble du sujet en une belle légèreté. L’autrice use d’ailleurs d’un langage à la fois direct et familier pour faire vivre son personnage.

L’envie de rester belle et jeune mélangée à la peur de la mort et surtout celle de finir ses jours dans un CHSLD va donner à Élizabeth une idée hors du commun permettant ainsi à l’histoire d’être d’autant plus captivante. Ce grand projet mené par Élizabeth et sa fidèle amie va être une façon pour Élizabeth d’accepter davantage sa maladie et de choisir un départ qui lui ressemble, comme celui de rejoindre le pays imaginaire de son cher Peter Pan.

Avec ce premier roman, Laviolette nous plonge dans une écriture audacieuse et dresse le portrait de la maladie et du deuil de manière loufoque. Marie-Moi Peter Pan des Éditions XYZ est disponible dans toutes vos librairies.